Comment les nouveaux usages dessinent les villes de demain ?

Comment les nouveaux usages dessinent les villes de demain ?

Le
Études, veille et analyse
Par
Chronos

Observatoire des usages émergents de la ville
Comment les nouveaux usages dessinent les villes de demain

Les habitants ont-ils une idée de la ville qu'ils vivent et celle qu'ils entrevoient dans le futur ? Bien sûr. Cette 1ère édition de l'Observatoire des usages émergents de la ville conforte quelques idées et en corrige beaucoup. 62% des Franciliens, et 48% des Français aspirent à vivre ailleurs. La surprise est moins dans la tendance à vouloir quitter la ville, la grande, que dans l'intensité de la demande et dans ses raisons.

Mais qu'attend-on de la ville ? Est-elle nature ? collaborative ? accessible ? connectée ? diffuse ? autosuffisante ? Un peu tout cela, mais rarement comme on le pense. Le rejet d'une ville façonnée par la voiture et le zoning est clair – le bruit, la congestion, la cherté, le stress, la fatigue sont les contreparties évidentes de la richesse de ses aménités et de ses divertissements. Le dilemme, souligne l'étude, n'est pas de choisir où aller, mais c'est de savoir comment se construire par ses propres pratiques un "ailleurs". En France, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni, les gens nous ont raconté la ville telle qu'ils la rejettent et celle dont ils rêvent.

Les modes de vie en ville sont bouleversés par une connectivité permanente qui reconfigure continuellement notre rapport à l’espace et au temps. Si la diffusion des outils numériques et l’implication active des citadins dans leur utilisation est une condition nécessaire de la ville intelligente, elle reste cependant insuffisante pour penser la ville de demain et les usages qui en découleront.

La ville intelligente n’est-elle pas celle qui améliore le bien-vivre des citadins, le dialogue entre ses parties et donne la capacité à ses habitants d’y déployer de nouvelles pratiques ? Produire et consommer localement, réduire son empreinte énergétique et ses déplacements contraints, partager et proposer des services au sein de son quartier, voire de son immeuble ; travailler à distance du siège de l’entreprise, déployer de nouvelles sociabilités dans l’espace public. Autant d’usages émergents qu’il nous revient d’interroger en fonction du pays, du lieu de vie (ville-centre ou périphérie, métropole ou petite ville), de l’âge ou encore de l’activité des individus.

Quels sont les représentations et les usages associés à la ville ? Comment ceux-ci influencent-ils les comportements et modes de vie des individus ? Et comment les pratiques émergentes renouvellent-elles l’espace urbain ?

Les objectifs de l’Observatoire

  • Mesurer et cartographier les usages émergents et représentations de la ville qui dessinent les nouveaux modes de vie urbains
  • Décrypter les modalités d’appropriation de ces usages émergents en dressant différentes typologies d’urbains
  • Comprendre la façon dont le numérique impacte les modes de vie en ville
  • Identifier les conditions de l’engagement des citadins dans de nouvelles gouvernances participatives et une économie circulaire urbaine
  • Anticiper et accompagner les mutations en cours, en mesurant l’attrait et les conditions d’adhésion à de nouvelles solutions et offres pertinentes

Méthodologie

L’Observatoire des usages émergents de la ville est réalisé via un questionnaire en ligne auprès d’un échantillon de 4 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 à 70 ans.
L’ampleur de l’échantillon permet d’analyser des pratiques à faible diffusion et de combiner une diversité de critères, notamment géographiques (métropole, couronne et communes hors influence des pôles urbains).

Un élargissement de l’enquête à 3000 européens (Allemagne, Royaume- Uni, Italie) a permis d’effectuer des comparaisons internationales.

Les différentes entrées thématiques de l’Observatoire (mobilité, consommation, habitat, vivre ensemble, recours au numérique...) sont affinées par profil d'enquêtés ou type de territoires et offrent un éclairage aux spécialistes de chacun de ces domaines sur des constats parfois contre-intuitifs ou des tendances naissantes.

En cela, il constitue un outil “d’intelligence socio-urbaine” qui au delà des analyses thématiques, développe une vision transversale des transformations à l'oeuvre, afin de nourrir la réflexion globale des décideurs de l'urbain.

Pour en savoir plus : Téléchargez la plaquette
Retrouvez l'infographie des résultats

Retrouvez les résultats de l’enquête dédiée à Paris

 

Partager cet article