Le
Interventions
Par

Restitution de l'exploration DataCités


Bertil de Fos, directeur de Chronos, a d’abord exposé les raisons d’être de l’exploration DataCités. Les data services, ces services qui, à l’instar de Waze, font de la donnée leur matière première ou un patrimoine stratégique, sont ambivalents. Personnalisés, participatifs et optimisant la pratique de la ville (…pour certains), ils peuvent également se révéler intrusifs, excluants et porteurs de déséquilibres urbains. Quels nouveaux équilibres et nouvelles formes de coordination faut-il alors inventer entre acteurs publics, citoyens et fournisseurs de services pour élaborer des data services d’intérêt général ? 

La donnée est au coeur de ces mutations, ce qu’ont souligné les partenaires et complices de l’exploration. Bernadette Kessler, de Rennes Métropole, est revenue sur les apprentissages de la municipalité, de l’open data à la naissance de son service public métropolitain de la donnée (SPMD), tandis que Cécile Maisonneuve, présidente de la Fabrique de la Cité a décrit le leadership dont fait preuve la ville de Boston pour superviser l’élaboration de data services.  


unnamed 2

De multiples modèles de collaboration existent. Mickaël Suchanek, directeur du développement à la direction des services de la ville chez Bouygues Energie et Services a ainsi décrit l’élaboration, à Dijon, d’un poste de pilotage qui sert de plateforme de mutualisation des données entre différents acteurs. Avoir accès aux données reste cependant un défi pour de nombreuses métropoles. Jean Louis-Missika, adjoint à la Maire de Paris en charge de l’urbanisme et membre du Conseil de Paris, s’est interrogé sur le devenir des données dans le cadre de services en “free-floating”, qui n’entrent pas dans le cadre règlementaire des données d’intérêt général.

A travers différentes étapes de recherche, l’exploration a fait émerger un cadre théorique et des recommandations pratiques pour guider les acteurs de la fabrique urbaine, alors même que, comme l’a souligné Bruno Marzloff, fondateur de Chronos, “la data service urbain est un sport de combat qui fait trembler la ville, les jeux d'acteurs, qui oblige à casser les cloisons". 

Comment, désormais, mettre ces savoirs en pratique ? Amandine Crambes de l’ADEME et Cédric Verpeaux, du groupe Caisse des Dépôts et Consignations, ont tous deux fait part de leur soutien à la saison 2 de DataCités. Le Lab OuiShare x Chronos accompagnera les territoires et les collectivités dans l’élaboration de data services d’intérêt général, par exemple comme outils de la transition énergétique ou comme leviers au développement des petites et moyennes villes. 

 

 

Partager cet article